theatrelfs

Vendredi 13 novembre 2009 à 3:11

    On s'est retrouvé au CDI pour l'heure de théorie que l'on a pas fait. ( il faut quand même y penser, je le dis pour les nouveaux .. )

On a fait une italienne du texte, qui n'était pas sus de tous, on est donc partie à l'amphithéâtre pour le travailler ; pendant que les couples de slaves travaillaient leur entrée et leurs gestuelles ( tout ça sans un bruit, ni un mot : c'était un travail de silence, savoir
que l'on peut faire beaucoup sans les paroles, mais en exprimant ce que l'on veut faire passer au spectateur par la forme
). Les couples de Slaves était accompagné de la voix, qui est jouée par Julia : elle devait parler et annoncer ce qu'ils faisaient. 
   Pendant ce temps les autres travaillaient leurs textes par petit groupe. " Il faut savoir le dire dix fois d'affilés, sans se tromper, à la virgule près. Connaître son texte c'est pouvoir le dire en marchant, en faisant la vaiselle, sous la douche, allonger, debout, en chantant ; tout ça sans un accros .. "
O.Massis. On l'a donc dis et redis et répété avec les gens avec qui on devait le dire. Mais à la fin, on trouvait un peu le temps long ..

    C'est alors que Mr. Massis appella Romain pour qu'il travaille son entré sur scène. cette fois-ci ont étaient tous concernés parce qu'il fallait l'aider. Comment montrer qu'on est en colère, ( encore sans paroles et sans bruits ). se poser des questions : que fait-on lorsque l'on est énervé ?! essayer de trouver .. qu'est ce qui est mieux : la colère blanche ( impassible et froid, cependant remplis de haine ) ou la colère rouge ( qui monte petit à petit, pour finir par littéralement exloser ) [ élèves de Term, j'en appelle à vous cours de philo .. je me suis trompée ?! ]. Donc cette semaine lorsque vous vous énerverez, pensez bien dans quel état vous êtes, pour aider et suggérer.
    Puis le cours c'est terminé.
A la semaine prochaine ..
Claire G`

Par clara le Dimanche 15 novembre 2009 à 3:49
En tant que slave, je ne m’attendais pas à ce que cet exercice soit si difficile. En effet, manifester le doute, tout en essayant de montrer l’excitation à l’approche d’un mariage d’une très bonne amie est un vrai casse-tête. Comment se tenir, se comporter ? Nous devions établir la situation initiale en dix mouvements ; ni plus, ni moins, ce qui incitait à une recherche approfondie de notre part. Par ailleurs, comme l’a précisé Claire, cet exercice était silencieux ; le droit de parler ou même de mimer la parole nous était défendu. Enfin, comme difficulté supplémentaire, les couples de slaves devaient faire exactement la même chose, afin qu’une sorte d’unité soit formée ; cela nous fait déjà travailler le rythme, que l’on va approfondir au fur et à mesure que l’on avance dans la pièce. Quoi qu’il en soit, pour l’instant ce n’est qu’une étude du personnage comme l’a mentionné M. Massis. Mais même si cela a été un peu difficile, j’ai adoré la façon dont on travaillait !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://theatrelfs.cowblog.fr/trackback/2931378

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast